Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 octobre 2012 7 14 /10 /octobre /2012 20:10

Les Brotteaux étaient des bancs de sable du Rhône. Ce secteur de la rive gauche du fleuve releva pendant des siècles du Dauphiné puis de la Guillotière qui fut rattaché à Lyon en 1852 et devint le 3ème arrondissement de la ville. Il faudra attendre 8 décembre 1866 pour que naisse le 6ème arrondissement.

Les Hôspices civils de Lyon et le Consulat possédaient une grande partie des terres dès le XVIIème siècle de ce côté du Rhône. Le premier grand aménagement du Rhône fut décidé en 1759 : la construction de la digue de la Tête d’Or qui permis de détourner le fleuve vers Caluire. En 1764, l’ingénieur Morand projeta l’extension de la ville à l’est du fleuve, en raison du surpeuplement de la presqu’île, sur un plan de rues rectilignes se coupant à angle droit. Ce quartier est relié à la presqu’île par un pont en 1774. Les Brotteaux deviennent une promenade à la mode. Le secteur de Bellecombe garde une atmosphère de village. Sous le mandat du maire Vitton, l’urbanisation s’accélère dans ce secteur, en raison du surpeuplement de la presqu’île et du développement industriel de la Guillotière.

Au début du XIXè siècle, on assiste au développement de l’habitat ouvrier en raison de l’installation d’activités industrielle et artisanale. Au milieu du siècle, les Brotteaux sont donc constitués de deux parties contrastées sur le plan social : un secteur bourgeois qui s’oppose à une population ouvrière plus modeste.

800px-Lyon_gare_brotteaux_cpa.jpg

Une crue mémorable du Rhône en 1856 va favoriser la construction de nouvelles digues. Au milieu du XIXème, les cours du Rhône et les quais sont aménagés. En 1856 le Préfet Vaisse décide l’aménagement d’un parc, dont le projet est confié aux paysagistes suisses Bühler. Le domaine de la Tête d’Or les incite à créer un parc paysager de 111 hectares, sur le modèle des jardins anglais.

La gare de Lyon-Brotteaux est une ancienne gare française à voyageurs du quartier des Brotteaux, à Lyon, aujourd'hui désaffectée. Elle fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le 7 mai 1982. Cette protection concerne l’ensemble des façades et toitures, ainsi que la salle décorée des pas perdus.

En 1858, la Compagnie Paris-Lyon-Méditerranée (PLM) construit la gare-terminus de sa ligne Lyon - Genève. Ouverte le 1er juin 1859, elle est raccordée à la gare de Lyon-Perrache dès le 24 novembre de la même année.

Située dans le glacis intérieur du fort des Brotteaux (à l'emplacement de l'actuelle rue Waldeck-Rousseau entre la rue de Sèze et la rue Cuvier2), cette gare est d'abord construite en bois afin de pouvoir être démontée rapidement en cas de conflit3.

La loi du 21 août 18844 déclasse le fort des Brotteaux. De longs pourparlers commencent alors entre la ville et la compagnie PLM en vue de construire une nouvelle gare légèrement plus au sud-est à l'emplacement du fort. La ligne est rectifiée et surélevée afin de ne plus gêner la circulation. Commencés en 1904, les travaux sont terminés en 1908 et en avril de cette année l'ancienne gare est détruite5.

Dans le cadre de la mise en service du TGV Sud-Est, la gare été remplacée par la gare de Lyon-Part-Dieu située 700 mètres plus au sud, à l'emplacement d'une ancienne gare marchandise éponyme.

Ayant perdu sa fonction, la gare des Brotteaux est fermée au public le 13 juin 1983.

La marquise, grande halle métallique, a été démontée en 1985 suite au déclassement de l'édifice par la SNCF.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by oyas - dans lyon
commenter cet article

commentaires

Reduction20_FR_320x250_4

 

Reduction20_FR_300x500_1

 

Actualité-Apple-300x250

 

4.3 Produits livrés à domicile 300x250

Beauté Test Avis

GeriBook-carre-juillet2012.jpg

 

LE Beauty Blog de test de produits cosmétiques,

avis soins homme et femme

 

Articles Récents

Pages